Actualités : Janvier 2023


« Agents immobilier : nouveautés juridiques 2023 », par MyNotary

Source : Lu dans le Journal de l'agence – Publié le 12 janvier 2023. 

DPE : interdiction de location pour tous les biens à consommation >450 kWh/m2

Sans surprise, c’est bien le DPE qui marque la première nouveauté juridique de ce début d’année. En effet, les logements au plus bas de la note G sont concernés par cette loi, applicable au 1er Janvier 2023.
C’est le critère de “décence” qui est modifié, et il concernerait environ 100 000 logements en France. Pour être “décent”, un logement ne doit pas excéder 450 kWh/m2 d’énergie finale. Attention ! L’énergie finale n’est pas celle qui figure en premier plan dans le DPE. Le montant affiché en grands caractères est la consommation d’énergie primaire en kWh/m2/an.

Pour retrouver cette information, tout dépend du type de DPE établi :

  • - Pour un DPE réalisé après le 1er Juillet 2021, la note d’énergie finale peut se trouver en petits caractères en page 1, juste en dessous de l’énergie primaire.
  • - Si l’énergie finale n’est pas affichée en page 1, il faut reprendre le montant total de consommation d’énergie finale (e.f) en page 3 et le diviser par la surface du bien pour obtenir le montant d’énergie finale en kWh par m2.
  • - Si le DPE a été établi avant le 1er Juillet 2021, il faut effectuer le même calcul avec le total d’énergie finale qui se trouve en 1ère page du DPE.
    Tous les baux d’habitation (meublé, non meublé, bail de mobilité...) sont concernés par cette loi, s’ils sont signés à partir du 1er Janvier 2023. Les baux simplement reconduits après cette date ne sont pas concernés.


On parle de l'agence Pollet



Actualités : Avril 2022


L’immobilier : plus que jamais une valeur refuge pour les Français

Publié le 21 avril 2022 

Malgré l’incertitude liée à la guerre en Ukraine, les élections présidentielles ou encore l’inflation, rien n’y fait : la pierre reste chevillée au corps des Français. C’est en tout cas ce qu’indique le dernier Observatoire du moral immobilier SeLoger réalisé en collaboration avec OpinionWay. Focus sur les grandes lignes à retenir de cette enquête conduite du 22 février au 9 mars 2022 derniers auprès de 1 850 futurs acquéreurs.

Si les années électorales sont généralement connues pour inciter les acheteurs à mettre leur projet immobilier sur pause le temps d’y voir plus clair, celle de 2022 semble échapper à la règle. Et pour cause, 89 % des acheteurs estiment cette fois que l’élection présidentielle n’aura pas d’impact sur leur projet.
C’est le cas de 83 % des candidats à l’investissement locatif, de 79 % des acquéreurs parisiens ou encore, de 75 % des futurs acheteurs d’un logement neuf. Mais attention, à noter que les Français attendent tout de même beaucoup du prochain gouvernement.
Ainsi, alors que 2022 devrait être marquée par une hausse de la taxe foncière, 83 % des personnes interrogées estiment que le prochain gouvernement devrait s’attaquer à la réduction de la fiscalité sur le logement.  Autre requête : faciliter l’accès au crédit pour 76 % des porteurs de projets interrogés.
Quant à la troisième attente, elle porte sur l’augmentation de l’offre immobilière. C’est le cas pour 62 % des sondés, et plus particulièrement, pour 74 % des ménages souhaitant acquérir un logement dans le neuf. Enfin, alors que les matières premières ne cessent d’augmenter et représentent une menace pour les coûts de construction, les candidats à l’accession dans le neuf et l’ancien estiment à 64 % que le gouvernement doit agir. Les évènements n’impactent pas le budget logement

Concernant leur niveau de vie, 66 % des sondés anticipent une dégradation dans l’Hexagone, soit 11 points de plus par rapport à novembre 2021.
Il s’agit ainsi du niveau le plus élevé jamais enregistré depuis le début de la crise sanitaire. Pourtant malgré les incertitudes, les inquiétudes liées au pouvoir d’achat et les difficultés macroéconomiques, il est à noter que l’ensemble de ces appréhensions n’impactent pas le budget que les sondés veulent consacrer à leur projet. Il demeure stable par rapport à mai 2021 et s’affiche même en hausse par rapport à février 2021. En avril 2022, 39 % des personnes interrogées déclarent, en effet, consacrer 300 000 € ou plus à leur projet, contre 32 % en février 2021. Des Français sereins pour décrocher un crédit immobilier

Alors que 79 % des sondés s’attendent à voir remonter les taux d’intérêts dans les six prochains mois, les porteurs de projets restent relativement sereins. Ainsi, seulement 32 % des sondés se disent inquiets quant à leur capacité à décrocher un crédit immobilier. Pour contourner cet écueil et maximiser leurs chances d’obtenir un prêt aux meilleures conditions, les candidats à l’accession n’hésiteront pas à mobiliser plus fortement leur épargne. 55 % d’entre eux prévoient de constituer un apport supérieur à 10 % du montant du prêt, soit 4 points de plus qu’en novembre 2021. 56 % des sondés se disent ainsi confiants dans l’aboutissement de leur projet immobilier dans les 6 prochains mois.

Source : Le journal de l’agence – publié le 21 avril 2022.


Lu dans le Journal de la Sologne, printemps 2022 » (reportage spécial Aubigny-sur-Nère)


On parle de l'agence Pollet


Actualités : Mars 2022

Lu dans : Immonot - Mars 2022 n°391


On parle de l'agence Pollet


Actualités : Novembre 2021

Lu dans : Le journal de l'agence


On parle de l'agence Pollet


Actualités : Novembre 2021

Lu dans : Se loger


On parle de l'agence Pollet
On parle de l'agence Pollet


Actualités : Août 2021

Lu dans : Le journal de l'agence


On parle de l'agence Pollet


Actualités : Juillet 2021

Lu dans : flash-immo.fr - Covid-19, la fin de l'âge d'or pour l'immobilier

On parle de l'agence Pollet


Un futur acquéreur sur deux reprendra son projet dès le 11 mai !

2020-04-01 10:00:16

 

Selon la dernière étude exclusive SeLoger décryptant la psychologie des futurs acquéreurs par temps de confinement, les futurs acquéreurs sont toujours déterminés malgré la crise du COVID-19.

 

« Pas d’immo-bashing ! Il n’y a que 2 % des candidats à l’acquisition qui abandonnent leur projet. Malgré le confinement, les futurs acquéreurs se montrent à date toujours aussi déterminés. Ils sont 70% à rester confiants quant à la concrétisation de leur projet dans les 6 prochains mois, et pensent le reprendre d’ici l’été. Mis en « pause » par la force des choses ou malgré eux, ils demeurent dans les starting-blocks pour une reprise dès le 11 mai » souligne Séverine Amate, Porte-parole chez SeLoger.

Le marché est sur pause en attendant le 11 mai

Le confinement a un impact sur les projets d’achat immobilier en France.  L’étude exclusive SeLoger via son Observatoire du Moral Immobilier réalisée auprès de 2652 futurs acquéreurs le 7 avril dernier montre que cet impact se limite – dans la plupart des cas – à des retards dans les démarches ou à un report de quelques mois.

Pour 3 futurs acquéreurs sur 4 les projets subissent du retard (39% retard dans leurs démarches, 37% de report).

L’optimisme et la confiance restent de mise

L’étude SeLoger révèle que 7 futurs acquéreurs sur 10 sont confiants concernant la réalisation de leur projet immobilier dans les 6 prochains mois et pensent le reprendre d’ici l’été. Parmi les acquéreurs qui disent reporter leur projet, la reprise est prévue dès la fin du confinement pour 52% d’entre eux. Programmée dès le mois de juin pour 7% et pendant l’été pour 11%. Près de 17% attendront la rentrée de septembre. Seuls 13% reportent à l’année 2021.

« Fin février, avant le confinement, 65% des futurs acquéreurs affirmaient leur confiance dans l’aboutissement de leur projet dans les 6 prochains mois. Aujourd’hui, ils sont 70%. Ce léger bond de 5 points pendant le confinement traduit un état d’esprit positif malgré la période compliquée et incertaine que nous vivons tous. Les porteurs de projet restent à date des acteurs déterminés et c’est un excellent signal pour la reprise du marché dès le 11 mai prochain.» complète Séverine Amate, Porte-Parole chez SeLoger.

Les futurs acquéreurs restent confiant sur leur situation personnelle

58% des futurs acquéreurs anticipent une baisse générale et progressive du pouvoir d’achat en France. Mais de manière surprenante, ils sont seulement 26% à considérer que leur propre pouvoir d’achat est concerné… 11% parient même sur une amélioration de leur pouvoir d’achat. Un optimisme fondé sur une conviction de capacité financière qui serait conservée après le 11 mai.

55% d’entre eux tablent sur une baisse des prix

Ce que la crise du coronavirus a bouleversé le plus semble être la vision des acheteurs concernant l’évolution des prix à venir. En effet, 55% des futurs acquéreurs tablent désormais sur une diminution, plutôt progressive des prix immobiliers, alors qu’ils n’étaient que 9% à envisager cette hypothèse fin février (soit 46 pts de plus en seulement quelques semaines).

En outre, 56% d’entre eux situent cette baisse dans une fourchette inférieure à 10%. Sur ce point, rappelons que l’évolution des prix du marché immobilier dans l’ancien a été de +4,7% en 2019 et +3,5% en 2018 selon le baromètre LPI-SeLoger. Une baisse de 10% serait un virage significatif.
A noter qu’1/3 des futurs acheteurs penche plutôt pour une stabilité des prix.
La perspective de la baisse des prix laisse entrevoir pour 54% des futurs acquéreurs de nouvelles opportunités pour un achat immobilier.

A noter que pour 86% des futurs acheteurs interrogés par SeLoger leur budget restera iso. Concernant les volumes, pour 3 acheteurs sur 4, il y aura autant voire plus de biens disponibles sur le marché après le confinement.

1 futur acquéreur sur 2 pense que les taux d’intérêt vont augmenter mais plutôt progressivement. 1 sur 3 pense qu’ils devraient rester stables.

 Méthodologie : Données issues de l’Observatoire du Moral Immobilier, étude en ligne du Groupe SeLoger réalisée le 7 avril 2020 et redressée par Kantar TNS. Base totale répondants : 4565 propriétaires, futurs acquéreurs, vendeurs, bailleurs, investisseurs locatifs et locataires en France. Sont représentées uniquement ici les réponses des 2652 futurs acquéreurs ayant un projet immobilier dans le neuf ou l’ancien dans les 12 prochains mois. Depuis près de 10 ans, l’Observatoire du Moral Immobilier apporte tous les 4 mois un éclairage sur la psychologie des porteurs de projets immobiliers en France.

Source : Se Loger, avril 2020, n°160

 


© 2022 Site réalisé par GEDEONWEB et géré avec © IMMOBIWEB v1.1, logiciel de gestion immobilière intégré au site.